Contacts et équipe
LE MAP-EPI a déménagé !
Nos fondements
Nos structures
Notre Programme
Des nouvelles du CA !

1 articles.

Vous retrouvez ici un résumé des sujets abordés lors des réunions bimensuelles des (...)

Droits des paysans

6 articles.

Pour des droits sociaux et économiques ; des droits aux paysans.

Glyphosate

4 articles.

Accès à la terre

9 articles.

Plus qu’un droit, l’accès à la terre est un besoin, et encore plus pour les paysanNEs.

Qualité

4 articles.

La Petite Foire

7 articles.

Notre événement annuel par contraste avec la grande foire agricole de Libramont

Semences

1 articles.

Nos positions sur les semences et leur libre reproduction et circulation

Filière Lait

12 articles.

Groupe de travail autour de la crise laitière

La Saint Eloi

8 articles.

Le conseil de la St Eloi, c’est notre fête et nous en profitons pour faire ensemble le point sur (...)

S.P.G.

7 articles.

Systeme Participatif de Garantie, l’intérêt et la richesse des échanges ont permis de donner des (...)

VIA CAMPESINA

9 articles.

Quelques soient les frontières qui nous séparent... L’union fait la force.

SPAP

8 articles.

Symposium Populaire pour une Agriculture Paysanne. les signaux d’alarme sont au rouge quand à la (...)

jesuispaysan

17 articles.

L’action "je suis paysanNE" lancée en 2015 avec l’affaire du Herve, est devenue un cri de (...)

Filière pain

1 articles.

Car le pain est plus qu’un grand carré vendu dans les supermarchés

TTIP

1 articles.

Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement

Agroécologie

1 articles.

Groupe de réflexion autour de l’écologie et la société. Les alternatives que l’on peut, ensemble, (...)

17 avril

1 articles.

Journée Internationale des Luttes paysannes

FORMATION - Conservation des légumes et plantes aromatiques

Présentation du Centre de formation du Mouvement d’Action Paysanne.

(’cours A’) Formation certifiante et reconnue en agriculture paysanne.

(’cours B’) Formation certifiante et reconnue en agriculture paysanne.

Des formations sur une thématique spécifique de l’agriculture paysanne.

Une immersion dans la vie paysanne au quotidien Vivez une saison entière d’agriculture dans une (...)

Le parcours EPICREA

1 articles.

Un parcours complet d’accompagnement vers votre installation en agriculture (...)

Affichez-vous "Je suis PaysanNE"
Journée des luttes paysannes
Actions du MAP

5 articles.

Actions collectives

15 articles.

Le MAP et ses membres participent régulièrement à des actions réunissant plusieurs associations (...)

Accueil > REVUE DE PRESSE > SOFI 2019 - Premières réactions : Améliorations et reculs

SOFI 2019 - Premières réactions : Améliorations et reculs

SOFI 2019 - Premières réactions : Améliorations et reculs

16 juillet 2019 par Astrid.
Partagez sur vos réseaux

Emily Mattheisen, Responsable Responsabilité, Suivi et Plaidoyer de FIAN International, nous fait part de ses premières impressions sur le rapport SOFIN 2019 directement depuis New York.

http://www.fao.org/3/ca5162fr/ca516... <https://www.fian.be/local/cache-vig...> L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde (SOFI) de 2019, publié hier, à New York, décrit une situation catastrophique des inégalités mondiales. Le nombre de personnes confrontées à la faim a de nouveau augmenté et se situe actuellement à environ 821 millions de personnes dans le monde, mais avec la nouvelle inclusion de l’indicateur FIES (Food Insecurity Experience Scale) et une évaluation de l’insécurité alimentaire modérée, nous disposons de chiffres plus complets qui montrent que quelques 2 milliards de personnes dans le monde souffrent d’insécurité alimentaire.

Cette hausse est profondément préoccupante, mais pas surprenante. Dans un climat mondial de régression des droits humains et de pouvoir croissant des entreprises, l’accroissement des inégalités et de l’insécurité alimentaire est inévitable. Il est clair que tous les gouvernements doivent renforcer leurs politiques et programmes pour s’attaquer aux causes structurelles de la faim. Pourtant, l’attention accordée aux stratégies et solutions fondées sur les droits humains reste limitée.

Bien que l’analyse des problèmes s’améliore, nous sommes loin d’évaluer les vraies solutions.

Le rapport comportait une évaluation spécifique de l’impact des inégalités sur l’insécurité alimentaire, ce qui constitue un progrès important, bien que loin de l’évaluation approfondie qui est nécessaire pour décrire l’impact de la priorité accordée aux intérêts des entreprises sur les droits humains.

En partageant leur évaluation des conclusions du rapport, les représentants du panel ont tous clairement souligné la montée des inégalités, la nécessité de cibler les causes profondes de la faim et d’appeler à un changement radical dans les solutions - une bouffée d’air frais par rapport aux discussions habituelles sur le SOFI. Cependant, ce qui a commencé comme un front progressiste vers une véritable analyse et un changement systémique a été suivi d’un appel en faveur d’un rôle accru du secteur privé et de l’industrie grâce à des investissements, un financement et une aide accrus. Aucun intervenant n’a réclamé des politiques publiques plus vigoureuses, la réglementation des sociétés ou un engagement plus ferme à l’égard des droits de la personne.

Le rapport crée un récit dans lequel les principaux moteurs de l’insécurité alimentaire sont les conflits, le changement climatique et le ralentissement économique, qui ne reflète pas non plus les intérêts accrus des entreprises, l’autoritarisme, la xénophobie et la discrimination comme cause profonde.

L’insécurité alimentaire est un problème mondial

Pour la première fois, le rapport montre également que l’insécurité alimentaire, la pauvreté et les inégalités ne se limitent pas au Sud et qu’il est clair que les pays à revenu moyen et élevé doivent renforcer leurs politiques, ainsi que leurs droits humains nationaux.

Il s’agit là d’une réalité importante souvent ignorée dans les discussions internationales. Bien que les données sur l’insécurité alimentaire modérée soient présentées au niveau régional, les données ne sont toujours pas fournies pour les pays individuels – or, sans ces données, il est difficile que chaque pays prenne pleinement ses responsabilités dans la lutte contre l’insécurité alimentaire au niveau national.

En outre, le lien entre l’obésité et l’insécurité alimentaire dans les pays à revenu intermédiaire et élevé est un indicateur important de la mauvaise qualité des régimes alimentaires, probablement liée à la prévalence d’aliments transformés bon marché - qui sont souvent la seule option abordable pour les personnes à faible revenu.

Que faisons-nous maintenant ?

Alors que ce rapport arrive à un moment où il est clair que les systèmes alimentaires industriels dominants perpétuent la faim, ainsi que la dégradation environnementale, sociale et culturelle, la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP) récemment adoptée devrait servir de guide pour assurer un soutien à l’agriculture paysanne, en tant que véritable moyen de nourrir le monde d’une manière saine et nourrissante et de bâtir des systèmes alimentaires territoriaux durables.

Bien que le rapport soit objectivement bien meilleur que les éditions précédentes en termes de portée et d’analyse, il reste nécessaire de repenser les solutions et le soutien politique. En cette période d’aggravation de la faim dans le monde, il est clair que nous devons renforcer le rôle du Comité de la sécurité alimentaire mondiale, qui est le mieux placé pour évaluer les causes profondes de la faim et de la malnutrition et trouver des solutions, établir des liens avec d’autres espaces politiques et faire en sorte que les personnes les plus touchées par la sécurité alimentaire et la malnutrition puissent s’exprimer dans les décisions qui les concernent. Il est décevant de ne pas voir, une fois de plus, dans le rapport du SOFI, un appel clair en faveur d’une orientation politique et d’un soutien au suivi de la part de cet organe.

L’année dernière, nous avons demandé la création d’un SOFI fondé sur les droits humains . Bien que nous nous rapprochions d’une analyse structurelle, il reste encore un long chemin à parcourir pour s’assurer que les données et les chiffres conduisent à de réels changements. Les hauts fonctionnaires peuvent continuer à promettre des changements à New York, Rome et Genève, mais tant que cela ne se traduira pas par une action significative basée sur les droits humains, nous pouvons nous attendre à ce que le SOFI 2020 reflète les tendances régressives similaires et s’éloigne de l’objectif, de plus en plus impossible, de mettre fin à la faim avant 2030.

FIAN entreprendra une analyse plus approfondie des conclusions et de l’analyse du rapport SOFI 2019, qui sera publiée au cours des prochaines semaines.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Manuel Eggen : manu [at] fian.be



Rejoignez nous sur :
La ferme accueillante chèvrerie du Moulin du Wez

+
La ferme accueillante l’Ortie-Culture

+
La ferme-école Larock

+
La ferme-école Arc-en-Ciel

Les Mains dans la terre - Module d’initiation et Module de perfectionnement

+
La ferme accueillante du Pré aux Chênes

Le métier de paysan boulanger

+
Calendrier des formations de Perfectionnement 2019

Toutes les formations de 2019

+
28 août 29 août
FORMATION – Outils informatiques 

Outils informatiques : gestion de la trésorerie et calcul du prix de revient

+
Diversification ovin/caprin viandeux

Études des débouchés, législation, abattage, transformation

+
MERCOSUR, CET ACCORD INADMISSIBLE

Communiqué de presse du 2 juillet 2019

+
FORMATION - Conservation des légumes et plantes aromatiques

ou comment se diversifier dans les légumes et plantes aromatiques

+
FORMATION - Techniques de transformation et conservation des fruits et petits fruits

confitures, sirops, ... ou comment se diversifier dans les fruits & petits fruits

+
'REVUE DE PRESSE' sur la carte