Contacts et équipe
LE MAP-EPI a déménagé !
Nos fondements
Nos structures
Notre Programme
nos missions

1 articles.

Des nouvelles du CA !

1 articles.

Vous retrouvez ici un résumé des sujets abordés lors des réunions bimensuelles des (...)

La Saint Eloi

9 articles.

Le conseil de la St Eloi, c’est notre fête et nous en profitons pour faire ensemble le point sur (...)

S.P.G.

8 articles.

Systeme Participatif de Garantie, l’intérêt et la richesse des échanges ont permis de donner des (...)

Droits des paysans

6 articles.

Pour des droits sociaux et économiques ; des droits aux paysans.

Glyphosate

4 articles.

Accès à la terre

9 articles.

Plus qu’un droit, l’accès à la terre est un besoin, et encore plus pour les paysanNEs.

Qualité

4 articles.

La Petite Foire

7 articles.

Notre événement annuel par contraste avec la grande foire agricole de Libramont

Semences

1 articles.

Nos positions sur les semences et leur libre reproduction et circulation

Filière Lait

12 articles.

Groupe de travail autour de la crise laitière

VIA CAMPESINA

9 articles.

Quelques soient les frontières qui nous séparent... L’union fait la force.

SPAP

8 articles.

Symposium Populaire pour une Agriculture Paysanne. les signaux d’alarme sont au rouge quand à la (...)

jesuispaysan

17 articles.

L’action "je suis paysanNE" lancée en 2015 avec l’affaire du Herve, est devenue un cri de (...)

Filière pain

1 articles.

Car le pain est plus qu’un grand carré vendu dans les supermarchés

TTIP

1 articles.

Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement

Agroécologie

1 articles.

Groupe de réflexion autour de l’écologie et la société. Les alternatives que l’on peut, ensemble, (...)

17 avril

1 articles.

Journée Internationale des Luttes paysannes

FORMATION - Conservation des légumes et plantes aromatiques

Présentation du Centre de formation du Mouvement d’Action Paysanne.

Des formations sur une thématique spécifique de l’agriculture paysanne.

Une immersion dans la vie paysanne au quotidien Vivez une saison entière d’agriculture dans une (...)

Le parcours EPICREA

1 articles.

Un parcours complet d’accompagnement vers votre installation en agriculture (...)

Affichez-vous "Je suis PaysanNE"
Journée des luttes paysannes
Actions collectives

17 articles.

Le MAP et ses membres participent régulièrement à des actions réunissant plusieurs associations (...)

Actions du MAP

5 articles.

De qui se moque la FEBIAC ?

De qui se moque la FEBIAC ?

10 juin 2020 par Alain Geerts.
Partagez sur vos réseaux

Les acteurs du secteur automobile belge implorent le gouvernement de leur venir en aide. En s’appuyant sur une enquête plus que légère, ils ressassent leur argument fétiche : la voiture, vache à lait des finances de l’Etat. Une argumentation éculée, à l’heure où de plus en plus de citoyens se tournent résolument vers d’autres pratiques de mobilité.

Un communiqué d’une coalition d’associations et de mouvements citoyens actifs dans la mobilité durable (liste sous le communiqué).

Dans leur dernier communiqué de presse, la FEBIAC et TRAXIO font part des résultats d’un sondage relatif aux intentions d’achat des automobilistes suite à la crise du COVID-19. Elles seraient en recul de 31% et atteindraient une chute de 47% au sein des familles qui ont subi une diminution de leur pouvoir d’achat.

Ce phénomène n’a rien d’étonnant : en période d’incertitudes financières, le remplacement de son véhicule ne relève pas d’une dépense prioritaire ou essentielle, surtout pour des citoyens dont les revenus ont été lourdement impactés par la crise sanitaire.

Rappelons d’abord que le parc automobile belge est globalement jeune. <https://www.iew.be/wp-content/uploa...>

Et que la durée de vie optimale d’un véhicule, pour réduire son empreinte CO2, se situe entre 15 et 20 ans (source : T&E. 2018. CO2 emissions from cars : the facts ). Il ne devrait donc y avoir aucune raison de se presser du côté du consommateur.

Un raisonnement incongru

Les industriels mettent en avant l’importance des recettes fiscales de l’Etat découlant de la vente de voitures et attirent ensuite l’attention du gouvernement sur la perte que cette diminution des ventes engendrera. Ils proposent donc de mettre en place une incitation financière à l’achat de véhicules neufs, ce qui aurait les vertus d’à la fois relancer le marché et renflouer les caisses de l’Etat.

La FEBIAC est là dans l’affirmation gratuite et non documentée, démentie par toutes les études indépendantes et sérieuses prenant en compte les coûts externes : les “rentrées fiscales” de la voiture ne compensent pas les coûts qu’elle inflige à la collectivité.

Est-ce raisonnable de demander à l’Etat, qui doit faire face à des dépenses sanitaires et socio-économiques massives, d’augmenter encore ses dépenses pour inciter le citoyen à changer plus rapidement de voiture ?

Et ce, quand on sait qu’il consacre déjà plus de 3 milliards/an pour entretenir le système des voitures de société et que les coûts en soin de santé liés à la pollution de l’air, dont le transport est un des principaux facteurs, s’élèveraient à 8 milliards/an[1] ? Sans parler des coûts liés aux accidents et à l’insécurité routière .

Quand on sait que favoriser les modes actifs est au contraire un investissement rentable. Chaque kilomètre parcouru par une voiture entraîne un coût externe de 0,11 €, tandis que le vélo et la marche “rapportent” respectivement 0,18 € et 0,37 € par kilomètre[2].

Quand on sait que le transport et particulièrement la voiture individuelle est le plus mauvais élève de la classe face au défi que représentent les changements climatiques.

Quand on sait que de récents travaux scientifiques indiquent que les personnes fragilisées par l’exposition à une mauvaise qualité de l’air ont un risque accru de complications graves ou de décès si elles contractent le Covid-19[3].

Quand on sait que la mise en place d’un incitant à l’achat sans conditions liées va accroître la taille du parc automobile alors qu’elle doit être restreinte. Et que cet accroissement se fera au profit de véhicules type SUV, énergivores, intensément promus par les constructeurs.

Des demandes fondées sur une enquête tendancieuse

L’étonnement face aux limites nombreuses du raisonnement des industriels fait place à la perplexité lorsque l’on se rend compte que cette demande se base sur une enquête dont le sérieux peut être légitimement mis en doute. Le communiqué précise qu’elle a été menée en ligne auprès de 2.471 lecteurs des sites internet Gocar (un site de vente/achat de voitures) et AutoTrends. Les répondants sont en majorité des hommes âgés de 45 à 75 ans, dont le ménage possède au moins une voiture, 38 % ayant au moins une voiture de fonction.

Est-ce vraiment représentatif de la population belge ?

Qu’en pensent les jeunes ? Les femmes ? Celles et ceux pour qui la voiture n’est qu’un moyen de se déplacer, faute de mieux ? Celles et ceux qui n’ont pas de voiture de société ou qui n’ont tout simplement pas de voiture ? Celles et ceux qui ont (re)découvert le plaisir du vélo ou de la marche en cette fin de confinement ?…

Pour une prise en compte de tous les modes de déplacement et une mobilité durable

Plutôt que de répondre positivement à la demande d’un incitant à l’achat pour un véhicule neuf, nous proposons aux responsables politiques de déployer une réelle politique d’encouragement de la mobilité durable pour protéger nos sociétés des conséquences des changements climatiques, de la pollution de l’air et de l’insécurité routière tout en offrant une accessibilité pacifiée aux services et aux biens.

Atteindre cet objectif passera nécessairement, dans le domaine du transport de personnes, par :

1. une réduction de la demande de transports ;

2. un transfert modal conséquent, de la voiture individuelle vers les transports en commun et les modes actifs (vélo, micromobilité, marche) ;

3. une régulation de la production des véhicules, au profit des plus efficients dont les (e)Lisa car seraient le modèle : des véhicules plus légers, moins puissants, aux formes plus fluides (pour limiter les impacts sur les autres usagers) et, si les conditions précédentes sont réunies, électriques.

C’est à ce prix que l’on atteindra une mobilité résiliente, que les citoyens sont de plus en plus nombreux à réclamer, au sortir d’une longue et traumatisante période de confinement. La taxation des pratiques de mobilité non durables et l’abandon des avantages indus (comme la voiture de société) doivent donc alimenter le budget de l’Etat, afin d’atteindre rapidement cette mobilité résiliente. Un investissement nécessaire qui garantira, en outre, de sérieuses économies en soin de santé.

Signataires :

Inter-Environnement Bruxelles ; BRAL, mouvement urbain pour Bruxelles ; Inter-Environnement Wallonie ; GRACQ-les cyclistes-quotidiens ; Associations 21 ; Bruxsel’Air ; Critical Mass Brussels ; Tous A Pied.

[1] Selon un rapport de l’Agence Européenne de l’environnement, https://www.eea.europa.eu/publications/air-quality-in-europe-2017 , voir ici : https://www.tijd.be/dossier/europareeks/luchtvervuiling-kost-belgie-8-miljard-euro-per-jaar/9859746.html

[2] https://www.eltis.org/discover/news/new-study-reveals-social-benefits-cycling-and-walking-eu?fbclid=IwAR1V2_DoPtmt_Qa5TPqUI59yapXTRFb1B9aBzuVcWxE-WgVjeHf4xti2Anw

[3] https://www.bbc.com/future/article/20200427-how-air-pollution-exacerbates-covid-19 ,

Pollution et propagation fulgurante du coronavirus, les particules fines montrées du doigt

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_le-coronavirus-pourrait-rester-plusieurs-heures-dans-l-air-a-cause-de-la-pollution-atmospherique?id=10464049

Cut air pollution to help avoid second coronavirus peak, MPs urge, Cross-party group highlights new evidence on how dirty air may worsen infections,https://www.theguardian.com/environment/2020/may/29/cut-air-pollution-avoid-second-coronavirus-peak-mps-urge



Rejoignez nous sur :
La ferme accueillante chèvrerie du Moulin du Wez

+
La ferme accueillante l’Ortie-Culture

+
La ferme-école de Bierleux-Haut

Formation à l’autonomie alimentaire et médicinale au sein d’une petite ferme de polyculture-élevage

+
La ferme accueillante du Pré aux Chênes

Le métier de paysan boulanger

+
La Ferme-école Arc en Ciel

Mettre ses mains dans la terre pour découvrir des savoirs et savoir-faire paysans à la Ferme Arc en Ciel, ferme école du MAP-EPI depuis 2012.

+
La Ferme-école Larock

Formation d’initiation en biodynamie à la ferme-école Larock

+
Un été et 100 Petites Foires en Wallonie et Bruxelles !

A vos agendas ! Cet été : COVID 19 et Agriculture Paysanne ?

+
FORMATION - Le SPG - Système Participatif de Garantie

Bien plus que simplement un outil de commercialisation, un acte politique, un acte de résistance...

+
25 juillet 13 août 22 août 22 août 22 août 29 août 12 septembre 13 septembre 19 septembre 7 octobre 8 octobre 9 octobre 10 octobre 11 octobre
100 P’TITES FOIRES PAYSANNES

Lancement ce samedi 25 juillet à la Ferme du Moulin du Wez

+
FORMATION BIODYNAMIQUE À LA FERME-ÉCOLE LAROCK

MODULE PERFECTIONNEMENT EN BIODYNAMIE

+
'REVUE DE PRESSE' sur la carte