Contacts et équipe
LE MAP-EPI a déménagé !
Nos fondements
Nos structures
Notre Programme
nos missions

1 articles.

Des nouvelles du CA !

1 articles.

Vous retrouvez ici un résumé des sujets abordés lors des réunions bimensuelles des (...)

La Saint Eloi

9 articles.

Le conseil de la St Eloi, c’est notre fête et nous en profitons pour faire ensemble le point sur (...)

S.P.G.

8 articles.

Systeme Participatif de Garantie, l’intérêt et la richesse des échanges ont permis de donner des (...)

Droits des paysans

6 articles.

Pour des droits sociaux et économiques ; des droits aux paysans.

Glyphosate

4 articles.

Accès à la terre

9 articles.

Plus qu’un droit, l’accès à la terre est un besoin, et encore plus pour les paysanNEs.

Qualité

4 articles.

La Petite Foire

7 articles.

Notre événement annuel par contraste avec la grande foire agricole de Libramont

Semences

1 articles.

Nos positions sur les semences et leur libre reproduction et circulation

Filière Lait

12 articles.

Groupe de travail autour de la crise laitière

VIA CAMPESINA

9 articles.

Quelques soient les frontières qui nous séparent... L’union fait la force.

SPAP

8 articles.

Symposium Populaire pour une Agriculture Paysanne. les signaux d’alarme sont au rouge quand à la (...)

jesuispaysan

17 articles.

L’action "je suis paysanNE" lancée en 2015 avec l’affaire du Herve, est devenue un cri de (...)

Filière pain

1 articles.

Car le pain est plus qu’un grand carré vendu dans les supermarchés

TTIP

1 articles.

Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement

Agroécologie

1 articles.

Groupe de réflexion autour de l’écologie et la société. Les alternatives que l’on peut, ensemble, (...)

17 avril

1 articles.

Journée Internationale des Luttes paysannes

FORMATION - Conservation des légumes et plantes aromatiques

Présentation du Centre de formation du Mouvement d’Action Paysanne.

Des formations sur une thématique spécifique de l’agriculture paysanne.

Une immersion dans la vie paysanne au quotidien Vivez une saison entière d’agriculture dans une (...)

Le parcours EPICREA

1 articles.

Un parcours complet d’accompagnement vers votre installation en agriculture (...)

Affichez-vous "Je suis PaysanNE"
Journée des luttes paysannes
Actions collectives

17 articles.

Le MAP et ses membres participent régulièrement à des actions réunissant plusieurs associations (...)

Actions du MAP

5 articles.

La Via Campesina en lutte contre l’exploitation des travailleuses de la terre vulnérabilisées

La Via Campesina en lutte contre l’exploitation des travailleuses de la terre vulnérabilisées

20 décembre 2019 par Eurovia.
Partagez sur vos réseaux

Début décembre, une quinzaine de militant.e.s d’organisations membres de La Via Campesina et de collectifs et syndicats alliés se sont retrouvé.e.s dans les Bouches-du-Rhône, en France. Durant quelques jours ils et elles ont échangé et lutté pour défendre les droits des travailleurs et travailleuses de la terre, déplacé.e.s, exploité.e.s, humilié.e.s et dont les droits ne sont pas respectés.

Cette rencontre, qui se voulait à la fois formative et coopérative, a eu lieu dans le cadre d’une plateforme d’échange coordonnée par le groupe de travail sur la migration et le travail rural d’ECVC. Elle s’est déroulée à la ferme collective Longo Maï du Mas du Granier, à Saint Martin de Crau, du 7 au 10 décembre 2019 où les participant.e.s étaient accueilli.e.s par le collectif de défense des travailleur.euse.s étranger.e.s saisonnier.e.s dans l’agriculture des Bouches-du-Rhône (CODETRAS). L’occasion pour ces défenseurs et défenseuses des droits humains de partager leur dernière publication « Qui sème l’injustice récolte la misère : abus et exploitation des travailleur.se.s étranger.ère.s dans l’agriculture », de renforcer les liens qui les unissent et de soutenir cinq travailleur.euse.s détaché.e.s marocain.e.s et espagnol.e.s ayant porté plainte au tribunal des prud’hommes d’Arles.

La nouvelle publication d’ECVC, réalisée par le groupe de travail salarié.e.s agricoles et migrant.e.s d’ECVC, en étroite collaboration avec un réseau de chercheur.se.s européen.ne.s dont certain.e.s sont justement basé.e.s dans le sud de la France, se penche sur le rôle des dispositifs d’intermédiation dans l’exploitation des travailleur.se.s agricoles. En effet, si la dureté des conditions de travail dans les champs et serres du sud de l’Europe était déjà partiellement connue, il s’agissait à présent de faire la lumière sur le rôle joué par les dispositifs mis en place par les gouvernements européens, voire par l’Union Européenne elle-même, pour introduire dans nos champs une main d’oeuvre étrangère, vulnérable et corvéable à merci. Parallèlement, l’intermédiation privée – qu’elle soit formelle et prenne la forme d’une entreprise d’intérim, ou informelle, à l’exemple du caporalato italien – rend extrêmement compliquée la détection d’abus, sans même parler de la dénonciation de ceux-ci. Ainsi, les abus augmentent, en nombre comme en gravité.

Malgré les entraves et des risques de répression et d’impunité s’ajoutant à la certitude de ne pas se faire engager une nouvelle année, cinq travailleur.se.s saisonnier.e.s détaché.e.s ont décidé de lancer l’alerte sur les conditions de travail dans les Bouches-du-Rhône. Ce mardi 10 décembre, ils comptaient encore porter leur plainte au tribunal des Prud’hommes d’Arles contre Laboral Terra, une entreprise de placement espagnole et contre sept entreprises agricoles françaises pour non-respect des contrats de travail, non-paiement des heures supplémentaires, des congés payés et des accidents du travail, marchandage, travail dissimulé, harcèlement moral et harcèlement sexuel.

L’une des lanceurs d’alerte s’appelle Yasmine. Âgée de trente-sept ans, elle est d’origine marocaine, mais a grandi et travaillé en Espagne. En 2011, elle est chassée d’une situation qu’elle jugeait tout à fait confortable, avec un CDI dans une boutique de prêt-à-porter des Îles Canaries, par la crise qui ravage l’Europe. Elle finit par se dégoter un contrat de travailleuse saisonnière, « déplacée » selon la terminologie espagnole – l’origine de Laboral Terra – ou « détachée » selon la terminologie française – pays où elle va être placée et exploitée. Avec son amie K., elles se rendent à Avignon, où quelqu’un est censé les attendre avec un contrat à signer. Personne n’est là quand elles descendent du bus. Mais il n’y a pas de retour en arrière possible. Elles survivent comme elles peuvent et deux mois plus tard elles commencent finalement à travailler, avec des contrats de quelques mois au sein de différentes entreprises françaises, principalement de maraîchage ou de conditionnement de fruits et légumes. Le labeur est extrêmement pénible, les dernières années, Yasmine assume aussi parfois les chargements et déchargements, notamment pour un grossiste familial en fruits et légumes biologiques, fournisseur de Leclerc, chez qui elle doit manier le transpalette manuel et « faire un travail d’homme, très dur » raconte-t-elle.

En 2014, Yasmine se découvre atteinte de la sclérose en plaque. Son salaire plafonne parfois à 7,20 euros de l’heure, congés inclus. Mais aucune couverture de santé ne lui est proposée, ni les arrêts de travail ni les frais médicaux ne sont pris en charge par ses employeurs. Yasmine se souvient de la douleur. De cette impression d’être une esclave. « On est en Europe et les droits humains ils sont où ? Pas en France ! Si chacun pouvait travailler dans le pays où il a grandit, si chaque pays respectait la loi, on n’en serait pas là. Ce système repose sur notre vulnérabilité, sur la précarisation. » C’est la maladie qui la pousse à agir, à tenter quelque chose pour sortir de cette situation. Et puis, si Yasmine n’a toujours qu’une carte de séjour, liée à un contrat, K., elle, a finalement obtenu la nationalité espagnole, peut-être que son amie au moins pourra accéder à la justice ? Avec d’autres ouvrières, en avril 2016, Yasmine se plaint de leurs conditions de travail. Le contre-maître envoie une autre fille pour l’intimider, elle la frappe, la laisse par terre dans les toilettes en lui disant de “fermer sa gueule”. Mais Yasmine tient bon, avec quatre collègues, dont K., elle plaide pour la cause des ouvrières agricoles, va d’abord frapper à la porte de la CGT, puis du CODETRAS, dépose plainte aux Prud’hommes d’Arles, et entame parallèlement une procédure pénale au tribunal d’Avignon.

Depuis passé trois ans, Yasmine garde la tête haute et le visage découvert, malgré ce qui pourrait être une honte. Pour la première fois en France, une plainte pénale est déposée par une ouvrière agricole pour agressions sexuelles. Des abus cependant très loin d’être isolés, d’après Yasmine, pour qui le harcèlement fait partie du système. Dès ses premiers contrats en région PACA elle a subi les mains aux fesses, les mains aux seins, les baisers forcés. Les contre-maîtres de l’intérimaire, généralement des espagnols d’origine marocaine, encouragent les employeurs français à en profiter aussi. Les rires des hommes qui fusent. Les regards des femmes qui se baissent. Subir ou s’opposer et se faire renvoyer. Parfois se faire renvoyer sans raison officielle. « Ils cassent les contrats tout le temps de toute façon, sans raison valable, parce qu’il y a un nouvel arrivage de filles, effrayées, fragiles, prêtes à se laisser faire pour un salaire. » Là encore, il s’agit d’un des fondements du système agroalimentaire contemporain : choisir une main d’oeuvre la plus servile possible. Comme l’écrit la Confédération paysanne dans un communiqué de presse en soutien à Yasmine et ses collègues : « Cette exploitation de la main d’œuvre est encore plus marquée pour les femmes, victimes de l’oppression d’un système patriarcal. On retrouve ainsi dans ces conditions de travail indignes des agissements et des violences sexistes et sexuelles envers les travailleuses. » La récente publication d’ECVC sur le rôle des dispositifs d’intermédiation dans l’exploitation de la main d’oeuvre montre également de nombreux cas où ce sont les personnes les plus vulnérables qui sont « importées » – à grand renfort de subventions européennes – comme celui des femmes marocaines employées en Espagne, souvent choisies avec enfants de moins de 14 ans, s’assurant ainsi qu’elles ne fassent rien qui mettrait leur emploi en péril, comme au Maroc même, où les déplacées « internes » sont choisies d’origine rurale, célibataires et avec un faible niveau de scolarisation.

Yasmine ira jusqu’au bout. Elle attendra une nouvelle audience des Prud’hommes, repoussée au mois de mai, car dans l’intervalle la société Laboral Terra a été habilement mise en liquidation judiciaire. Mais ses contre-maîtres continuent à sévir, pour d’autres sociétés du même genre, gérées par les mêmes personnes, une véritable mafia d’après Yasmine. Elle répète que si elle a endossé ce rôle de lanceuse d’alerte c’est pour toutes les autres femmes enfermées dans leur silence, enfermées dans cette immense zone de non-droit. « Nos grands-mères ont perdu la vie pour arriver à nos droits. On est au 21 siècle, tout est à disposition, mais on est encore harcelées, on doit encore se battre. Je veux l’égalité. Je veux avoir le droit de travailler. De vivre comme une femme mais avec les mêmes droits que les hommes. On a trop l’habitude de l’esclavage. Il faut se déshabituer des abus. »

La Confédération paysanne, qui collabore avec le CODETRAS dans la région, a décidé de soutenir cette lutte au niveau national, bien qu’étant un syndicat d’employeurs, et de défendre des procédures aux chambres d’agriculture françaises comme une charte des employeurs. En solidarité également, le SOC-SAT (Syndicat d’Ouvriers du Champ – Syndicat Andalous de Travailleur.euse.s), ARI (Associazione Rurale Italiana) et Eco Ruralis (organisation paysanne de Roumanie), organisations membres d’ECVC ainsi que la FNSA (Fédération Nationale du Secteur Agricole) du Maroc, membre de La Via Campesina (LVC). A l’occasion d’une action devant la mairie d’Arles, LVC a réaffirmé son soutien. « Il est nécessaire de relier les luttes des producteurs aux luttes des travailleurs ruraux contre l’agriculture industrielle. Nous nous opposons à ce système d’intermédiation qui vulnérabilise le droit des travailleurs et des travailleuses. Nous nous battons pour une vie digne pour tous les paysans et toutes les paysannes, y compris pour les travailleurs et travailleuses salarié.e.s » a déclaré Federico Pacheco, membre du SOC et des comités de coordination d’ECVC et de LVC.



Rejoignez nous sur :
La ferme accueillante chèvrerie du Moulin du Wez

+
La ferme accueillante l’Ortie-Culture

+
La ferme-école de Bierleux-Haut

Formation à l’autonomie alimentaire et médicinale au sein d’une petite ferme de polyculture-élevage

+
La ferme accueillante du Pré aux Chênes

Le métier de paysan boulanger

+
La Ferme-école Arc en Ciel

Mettre ses mains dans la terre pour découvrir des savoirs et savoir-faire paysans à la Ferme Arc en Ciel, ferme école du MAP-EPI depuis 2012.

+
La Ferme-école Larock

Formation d’initiation en biodynamie à la ferme-école Larock

+
Un été et 100 Petites Foires en Wallonie et Bruxelles !

A vos agendas ! Cet été : COVID 19 et Agriculture Paysanne ?

+
FORMATION - Le SPG - Système Participatif de Garantie

Bien plus que simplement un outil de commercialisation, un acte politique, un acte de résistance...

+
25 juillet 13 août 22 août 22 août 22 août 29 août 12 septembre 13 septembre 19 septembre 7 octobre 8 octobre 9 octobre 10 octobre 11 octobre
100 P’TITES FOIRES PAYSANNES

Lancement ce samedi 25 juillet à la Ferme du Moulin du Wez

+
FORMATION BIODYNAMIQUE À LA FERME-ÉCOLE LAROCK

MODULE PERFECTIONNEMENT EN BIODYNAMIE

+
'REVUE DE PRESSE' sur la carte