Contacts et équipe
LE MAP-EPI a déménagé !
Nos fondements
Nos structures
Notre Programme
nos missions

1 articles.

Des nouvelles du CA !

1 articles.

Vous retrouvez ici un résumé des sujets abordés lors des réunions bimensuelles des (...)

La Saint Eloi

9 articles.

Le conseil de la St Eloi, c’est notre fête et nous en profitons pour faire ensemble le point sur (...)

S.P.G.

8 articles.

Systeme Participatif de Garantie, l’intérêt et la richesse des échanges ont permis de donner des (...)

Droits des paysans

6 articles.

Pour des droits sociaux et économiques ; des droits aux paysans.

Glyphosate

4 articles.

Accès à la terre

9 articles.

Plus qu’un droit, l’accès à la terre est un besoin, et encore plus pour les paysanNEs.

Qualité

4 articles.

La Petite Foire

7 articles.

Notre événement annuel par contraste avec la grande foire agricole de Libramont

Semences

1 articles.

Nos positions sur les semences et leur libre reproduction et circulation

Filière Lait

12 articles.

Groupe de travail autour de la crise laitière

VIA CAMPESINA

9 articles.

Quelques soient les frontières qui nous séparent... L’union fait la force.

SPAP

8 articles.

Symposium Populaire pour une Agriculture Paysanne. les signaux d’alarme sont au rouge quand à la (...)

jesuispaysan

17 articles.

L’action "je suis paysanNE" lancée en 2015 avec l’affaire du Herve, est devenue un cri de (...)

Filière pain

1 articles.

Car le pain est plus qu’un grand carré vendu dans les supermarchés

TTIP

1 articles.

Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement

Agroécologie

1 articles.

Groupe de réflexion autour de l’écologie et la société. Les alternatives que l’on peut, ensemble, (...)

17 avril

1 articles.

Journée Internationale des Luttes paysannes

FORMATION - Conservation des légumes et plantes aromatiques

Présentation du Centre de formation du Mouvement d’Action Paysanne.

Des formations sur une thématique spécifique de l’agriculture paysanne.

Une immersion dans la vie paysanne au quotidien Vivez une saison entière d’agriculture dans une (...)

Le parcours EPICREA

1 articles.

Un parcours complet d’accompagnement vers votre installation en agriculture (...)

Affichez-vous "Je suis PaysanNE"
Journée des luttes paysannes
Actions collectives

17 articles.

Le MAP et ses membres participent régulièrement à des actions réunissant plusieurs associations (...)

Actions du MAP

5 articles.

Lettre ouverte à la Commission européenne, au Parlement européen et aux ministres de l’agriculture des États membres de l’UE

Lettre ouverte à la Commission européenne, au Parlement européen et aux ministres de l’agriculture des États membres de l’UE

16 avril 2020 par Eurovia.
Partagez sur vos réseaux

Cher vice-président exécutif,

Chères commissaires

Le 17 avril 2020, nous commémorerons la Journée internationale des luttes paysannes. Dans le cadre du COVID-19, la vulnérabilité de l’actuel système alimentaire mondialisé dominé par l’agriculture industrielle, et les dangers qu’elle représente pour toutes les formes de vie, ont été une fois de plus exposés. Nous devons tirer les leçons de cette crise et investir dans la mise en place de systèmes alimentaires diversifiés, locaux et territoriaux, résistants. Dans ce contexte, la Coordination européenne Via Campesina (ECVC) et ses organisations membres, ainsi que URGENCI, le Réseau européen des bergers (ESN), FIAN et Amis de la Terre Europe (FoEE), dans le cadre du Mouvement pour la Souveraineté Alimentaire de Nyéléni en Europe et en Asie Centrale (Nyéléni ECA) veulent envoyer un message clair : garantir la souveraineté alimentaire et continuer à produire de la nourriture et à nourrir les gens, en garantissant l’approvisionnement alimentaire national et régional, et ce plus que jamais en ces temps de crise. Les paysans de toute l’Europe font partie d’un vaste réseau. Ces communautés nourrissent la planète depuis des générations en utilisant leurs connaissances, leur expérience et leur expertise. Pourtant, à l’heure actuelle, elles sont ignorées et maltraitées. Aujourd’hui, beaucoup d’entre eux prennent des mesures pour essayer de se faire entendre, et nous vous demandons instamment de prêter attention à la manière et aux raisons pour lesquelles vous, en tant que décideurs, avez la responsabilité d’écouter leur voix.

Au niveau européen, de nombreuses politiques de l’UE contredisent et entravent les objectifs fixés par l’UE elle-même. L’Europe est soumise aux intérêts de la mondialisation et des marchés internationaux. Le « Pacte Vert » (Green Deal) se juxtapose à la négociation continue d’accords de libre-échange, ce qui va à l’encontre de toute intention réaliste et crédible de parvenir à la neutralité climatique. L’UE a promis de ne laisser personne de côté dans ses réformes et ses transitions, mais elle ne tient pas compte de la conditionnalité sociale qui garantisse des salaires et conditions dignes pout les

travailleuses rurales salariées, dont la majorité sont des migrantes, dans le cadre de la PAC. Elle s’est engagée à produire des denrées alimentaires de manière durable, mais refuse de garantir aux agriculteurs des prix équitables en raison de l’absence de régulation des marchés et des prix. La justice alimentaire pour les consommateurs n’est pas non plus une réalité. Il faut mettre davantage l’accent sur le soutien pour l’accès à des aliments frais, nutritifs et cultivés de manière agroécologique pour tous, y compris pour les populations socialement marginalisées et vulnérables. En se concentrant sur de petites priorités spécifiques dans chaque domaine, l’UE est incapable d’envisager la situation dans son ensemble et n’aborde pas ses objectifs de manière globale et exhaustive. Au lieu de cela, elle écoute ceux qui sont capables de faire entendre leur voix le plus fort : les multinationales et les entreprises industrielles. La voix paysanne de ceux qui vivent la réalité des politiques de l’UE au quotidien est noyée sous les intérêts privés axés sur le profit. Ces politiques détruisent des milliers de petites exploitations agricoles, ce qui met ensuite en péril la sécurité alimentaire de toute la population.

L’UE fait actuellement fi de sa responsabilité envers ses citoyens, les consommateurs, les petits et moyens producteurs et les familles de paysans afin de protéger et de promouvoir ces intérêts privés. Elle s’est fixé des objectifs ambitieux qui nécessitent des changements radicaux et systématiques de ses politiques et de ses priorités, mais elle ne semble pas disposée à procéder à ces changements. Elle permet des gains à court terme qui mettent en danger la santé et le bien-être de milliards de personnes dans le monde, et menace l’avenir même de la planète.

Nous adressons donc les demandes suivantes aux institutions, dans l’espoir qu’elles soient prêtes à agir sur les priorités qu’elles ont elles-mêmes mises en évidence : Établir un processus européen de réponse à la crise du COVID-19 qui inclue des représentants des organisations agricoles européennes – en particulier les petits et moyens producteurs (paysans, éleveurs, pêcheurs) Mettre en œuvre l’intégralité de la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP). Utiliser la mise en œuvre du Green Deal et des stratégies « de la Ferme à la Table » et biodiversité pour assurer la souveraineté et la sécurité alimentaire des populations européennes au niveau le plus local possible, et fournir des aliments de bonne qualité, sains, nutritifs et frais pour tous, en garantissant la justice alimentaire dans un cadre de justice économique, sociale et culturelle. Une réforme cohérente de la PAC qui facilite les marchés agricoles locaux et garantit aux petits agriculteurs un revenu stable et décent. Une politique sociale et agricole du travail qui garantisse des salaires et conditions dignes pour les travailleurs ruraux, en limitant les abus et licenciements, et qui garantisse des mesures adaptées aux travailleurs saisonniers au chômage et aux personnes migrantes, déplacées, ayant des problèmes de documentation ou résidant dans des logements précaires. La résolution des incohérences et des contradictions au sein des politiques de l’UE, y compris la fin des accords de libre-échange. Mettre fin à toutes les tentatives de déréglementation des OGM, y compris les nouvelles techniques génomiques, en appliquant strictement la législation européenne actuelle sur les OGM et en interdisant les brevets sur les plantes et les animaux. La garantie d’un accès équitable à la terre pour les paysan.ne.s et l’agroecolgie, par l’élaboration et la mise en œuvre d’une directive européenne sur les terres et les formes sociales et écologiques d’utilisation des terres. Promotion de la voix de la société civile au sein des agences et institutions internationales telles que les discussions de la FAO sur les systèmes alimentaires durables, la nutrition et l’agroécologie.

Pour garantir véritablement le respect des droits des paysans, des éleveurs, des petits et moyens producteurs d’aliments et des citoyens- hommes et femmes – les gouvernements locaux, nationaux et régionaux ont également la responsabilité de mettre en œuvre des politiques et des réglementations visant à faciliter ces objectifs. Ils doivent montrer à ceux qui se trouvent plus haut dans la chaîne qu’il existe une volonté et une initiative réelles pour atteindre nos objectifs et mettre en œuvre nos demandes.

Pour obtenir des résultats concrets, il faut procéder à des changements concrets. À ce stade critique de l’histoire, nous manquons de temps et d’options. Les paysans et les petits producteurs de denrées alimentaires donnent le moyen de nourrir la planète de manière durable, immédiate, en utilisant des méthodes qui contribuent à atténuer le changement climatique, à créer davantage d’emplois dans les zones rurales et à protéger la diversité de notre planète et de notre société. Nous sommes à un carrefour qui déterminera l’avenir de chaque individu sur la planète. Nous demandons instamment à ceux qui sont chargés de nous diriger de laisser les paysans et les petits producteurs d’aliments les guider sur la voie qu’ils connaissent si bien pour atteindre ces objectifs : la via campesina, la voie paysanne.



Rejoignez nous sur :
La ferme accueillante chèvrerie du Moulin du Wez

+
La ferme accueillante l’Ortie-Culture

+
La ferme-école de Bierleux-Haut

Formation à l’autonomie alimentaire et médicinale au sein d’une petite ferme de polyculture-élevage

+
La ferme accueillante du Pré aux Chênes

Le métier de paysan boulanger

+
La Ferme-école Arc en Ciel

Mettre ses mains dans la terre pour découvrir des savoirs et savoir-faire paysans à la Ferme Arc en Ciel, ferme école du MAP-EPI depuis 2012.

+
La Ferme-école Larock

Formation d’initiation en biodynamie à la ferme-école Larock

+
Un été et 100 Petites Foires en Wallonie et Bruxelles !

A vos agendas ! Cet été : COVID 19 et Agriculture Paysanne ?

+
FORMATION - Le SPG - Système Participatif de Garantie

Bien plus que simplement un outil de commercialisation, un acte politique, un acte de résistance...

+
25 juillet 13 août 22 août 22 août 22 août 29 août 12 septembre 13 septembre 19 septembre 7 octobre 8 octobre 9 octobre 10 octobre 11 octobre
100 P’TITES FOIRES PAYSANNES

Lancement ce samedi 25 juillet à la Ferme du Moulin du Wez

+
FORMATION BIODYNAMIQUE À LA FERME-ÉCOLE LAROCK

MODULE PERFECTIONNEMENT EN BIODYNAMIE

+
'REVUE DE PRESSE' sur la carte