Glyphosate

4 articles.

Accès à la terre

9 articles.

Plus qu’un droit, l’accès à la terre est un besoin, et encore plus pour les paysanNEs.

Qualité

4 articles.

La Petite Foire

7 articles.

Notre événement annuel par contraste avec la grande foire agricole de Libramont

Droits des paysans

5 articles.

Pour des droits sociaux et économiques ; des droits aux paysans.

Semences

1 articles.

Nos positions sur les semences et leur libre reproduction et circulation

Filière Lait

12 articles.

Groupe de travail autour de la crise laitière

La Saint Eloi

8 articles.

Le conseil de la St Eloi, c’est notre fête et nous en profitons pour faire ensemble le point sur (...)

S.P.G.

7 articles.

Systeme Participatif de Garantie, l’intérêt et la richesse des échanges ont permis de donner des (...)

VIA CAMPESINA

9 articles.

Quelques soient les frontières qui nous séparent... L’union fait la force.

SPAP

8 articles.

Symposium Populaire pour une Agriculture Paysanne. les signaux d’alarme sont au rouge quand à la (...)

jesuispaysan

17 articles.

L’action "je suis paysanNE" lancée en 2015 avec l’affaire du Herve, est devenue un cri de (...)

Agroécologie

6 articles.

Groupe de réflexion autour de l’écologie et la société. Les alternatives que l’on peut, ensemble, (...)

Filière pain

1 articles.

Car le pain est plus qu’un grand carré vendu dans les supermarchés

TTIP

1 articles.

Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement

17 avril

1 articles.

Journée Internationale des Luttes paysannes

Présentation du Centre de formation du Mouvement d’Action Paysanne.

(’cours A’) Formation certifiante et reconnue en agriculture paysanne.

(’cours B’) Formation certifiante et reconnue en agriculture paysanne.

Des formations sur une thématique spécifique de l’agriculture paysanne.

Une immersion dans la vie paysanne au quotidien Vivez une saison entière d’agriculture dans une (...)

Le parcours EPICREA

1 articles.

Un parcours complet d’accompagnement vers votre installation en agriculture (...)

Affichez-vous "Je suis PaysanNE"
Journée des luttes paysannes
Mobilisons-nous contre le FFA
Rencontre -Débat "LA PAC : comprendre pour se positionner"
Actions du MAP

7 articles.

Actions collectives

13 articles.

Le MAP et ses membres participent régulièrement à des actions réunissant plusieurs associations (...)

Accueil > REVUE DE PRESSE > Salon de l’auto : l’impasse de la croissance

Salon de l’auto : l’impasse de la croissance

Salon de l’auto : l’impasse de la croissance

14 janvier 2019 par .
Partagez sur vos réseaux

<http://www.iew.be/local/cache-vigne...>

Les organisateurs du Salon de l’auto qui se déroule du 19 au 27 janvier nous l’assurent : celui-ci constitue « un immense événement populaire où tous, petits comme grands, trouveront à coup sûr de quoi combler leur bonheur ». Le bonheur résiderait donc dans la possession d’un véhicule motorisé. Voilà qui apporte enfin une réponse claire à l’une des plus anciennes questions de la philosophie. Et qui justifierait les déclarations enthousiastes qui ne manqueront pas de fleurir dans les médias si, à l’issue du Salon, le nombre de visiteurs et les ventes de véhicules neufs sont conformes ou supérieurs aux attentes des organisateurs et des exposants.

Mais faut-il vraiment se réjouir du fait que nos concitoyens, obéissant aux subtiles injonctions implicites des publicitaires du secteur, s’endettent pour acheter des voitures neuves ? Dès lors que le nombre de véhicules qui rentrent dans le parc automobile dépasse celui des véhicules qui en sortent (mise à la casse ou exportation), la taille du parc augmente. C’est exactement la tendance que l’on observe depuis des décennies. Ainsi, le parc automobile belge comptait 4,6 millions d’unités en 2000 et 5,8 en 2018, soit une croissance annuelle d’un peu plus de 65.000 voitures. Une voiture neuve vendue en Belgique mesurant en moyenne 4,368 mètres de long, la croissance annuelle du parc représente une file continue de 284 km de voitures parechoc contre parechoc (soit environ la distance entre Bastogne et Ostende). Ces 284 km de voitures viennent accroître non seulement les problèmes de stationnement et de congestion que sont priés de résoudre les pouvoirs publics, mais également (entre autres) l’insécurité routière, les émissions de polluants affectant la santé humaine ou encore les émissions de gaz à effet de serre.

Ces effets négatifs sont, à juste titre, dénoncés tout au long de l’année par de nombreuses parties (de la société civile au monde politique) alors qu’un élément déterminant dans leur aggravation (l’accroissement du parc) est célébré à l’occasion de la « grand-messe de l’automobile » qui se déroule actuellement (cette expression figure textuellement dans le catalogue officiel du Salon). Cette situation schizophrénique est parfaitement illustrative de l’impasse dans laquelle la poursuite effrénée de la croissance économique a emmené nos sociétés. Appliquée au secteur automobile, l’obligation de croissance se traduit par (1) une évolution du parc vers des véhicules sur lesquels les marges bénéficiaires sont plus importantes : plus lourds, plus puissants, de type SUV (qui sont également plus dangereux et plus polluants que des voitures modestes [1]) et (2) une augmentation du parc automobile qui enferme notre société dans un système de mobilité non durable et oblige les pouvoirs publics à consacrer d’importants budgets à ce mode de transport (entretien et extension du réseau routier, gestion de la congestion et du stationnement) au détriment des modes plus durables (transports en commun, vélo, marche, etc.).

La croissance du parc automobile relève de « la logique de l’accumulation incessante et de la croissance de n’importe quoi pourvu que cela rapporte des profits  » dénoncée par l’économiste Jean Gadrey dans son essai « Adieu à la croissance ». Cette logique requiert « l’organisation institutionnalisée de l’avidité permanente » auquel participe sciemment le Salon de l’auto : susciter chez les citoyens l’envie d’une voiture neuve afin que ceux-ci consomment sans s’interroger sur leurs réels besoins ni sur les causes profondes et les conséquences de leur achat. Refuser de remettre en cause cette logique, éviter le débat public sur ces questions au prétexte que « la croissance est nécessaire », c’est se condamner à n’agir qu’à la marge quand une transformation en profondeur de nos sociétés (et particulièrement de nos systèmes de transport) est indispensable. A titre illustratif, rappelons que, pour répondre à l’enjeu climatique, une division par dix de nos émissions de gaz à effet de serre doit être accomplie sur les 30 prochaines années. En 1965, à propos de la ségrégation raciale aux Etats-Unis, Martin Luther King déclarait : « Il est à la fois moralement et socialement suicidaire de s’habituer à déplorer les effets sans être capable de s’attaquer aux causes.  » C’est malheureusement une telle attitude suicidaire dont font preuve nos sociétés en matière de transports, incapables qu’elles sont de s’attaquer aux causes de la croissance du parc automobile.

[1] Voir à ce sujet l’argumentaire développé dans le dossier LISA Car : http://lisacar.eu/dossier/



Rejoignez nous sur :
La ferme accueillante chèvrerie du Moulin du Wez

+
La ferme accueillante l’Ortie-Culture

+
La ferme-école Larock

+
La ferme-école Arc-en-Ciel

Les Mains dans la terre - Module d’initiation et Module de perfectionnement

+
La ferme accueillante du Pré aux Chênes

Le métier de paysan boulanger

+
Service SPG du MAP

Les systèmes participatifs de garantie pour et avec les paysanNEs

+
Appel pour soutenir l’association "Revenons à nos cochons"

introduction d’un recours devant le Conseil d’Etat suite à l’abattage des 4000 cochons gaumais

+
31 mars
Assemblée Générale du MAP-EPI

Dimanche 31 mars 2019, de 13h à 18h au siège du MAP-EPI à Gembloux (37 Chaussée de Wavre à 5030 Gembloux)

+
'REVUE DE PRESSE' sur la carte